Le BDSm
Article mis en ligne le 30 mars 2017
dernière modification le 8 octobre 2019

par Mestre Ulysse

BDSM   = Bondage  , Domination, Sadisme, Masochisme
BDS = Bondage Discipline Domination Soumission
BDSm = Bondage Discipline Domination Soumission maîtrise

 Le BDSm

Dans le BDS, le plaisir est la Quête. La douleur douce est utilisée pour augmenter le plaisir par sécrétion d’endorphine et atteindre le Subspace  . Il n’y a pas et ne doit pas y avoir de blessure, d’atteinte à l’intégrité morale et physique. Dans le BDS, le Dominant ne doit pas punir gratuitement sa soumise dans le seul but d’infliger une punition  . Dans le BDS le Maître possède, éduque, fait grandir et épanoui la soumise qui se donne librement de son plein gré. Le Bds ne laisse aucune séquelle, il n’est pas dangereux et il ouvre la porte au Subspace. Le Maître est un guide, qui doit avoir les qualités nécessaires pour transformer la soumise et l’épanouir.

 Tenir compte de la sexualité, du psychisme, de l’affectif, du mental.

Il considère ton corps comme un outil, un objet ou encore un moyen qui te permettra d’atteindre un état de conscience supérieur, un sentiment d’accomplissement et de dépassement de soi, une extase puissance qu’on appelle le Subspace. C’est une activité sexuelle qui unit le corps et l’esprit de soi et de son partenaire, qui peut provoquer un subspace mutuel et un art de vivre sain et sur.

Les pratiques sont enrichies d’exercices, de techniques d’épanouissement sexuel et personnel inspirées du taoïsme et du tantrisme dont s’inspire le yoga, le yoga sexuel, le tantrisme.

 Les piliers du BDSm

Le BDSm repose sur quatre règles simples qui doivent être respectées en tout temps

  • SAIN : La relation doit être équilibrée et profitable aux deux partenaires, il ne doit pas y avoir de manipulations psychologique, de chantage affectif, de non-dit.
  • SÛR : La sécurité est non négociable et pour chaque pratique les risques et les consignes de sécurité font partie de la formation de la soumise. Les maladies vénériennes sont le risque principal, Toutes les précautions seront de mise pour les éviter.
  • CONSENSUEL : Tout se fait avec le consentement du partenaire. Les mites sont établies et respectées, les tabous respectés et les objectifs de progression sont discutés et acceptés pour être appliqués.
  • BILAN : À la fin de chaque séance, son déroulement est analysé afin d’en faire le bilan pour connaître le ressenti du partenaire et de préparer les séances futures. Cela permet à la soumise de mieux comprendre ses émotions et de redescendre doucement dans le monde réel après une forte jouissance ou un voyage dans le Subspace.

 Pratiquer le BDSm a pour objectif :

  • L’éveil des sens
  • Une communion partagée, voire une fusion [1]entre le Maître et la soumise
  • Atteindre le Subspace, l’extase suprême.
  • Ou à défaut de connaître de fortes jouissance, d’être fontaine.
  • Une meilleure circulation des énergies
  • L’élévation de la conscience
  • Un état de relaxation (mental, physique et émotionnel)
  • Le développement de la relation à soi-même et à l’autre
  • Découvrir et développer la communication corporelle et sensorielle
  • Affirmer, sa sensualité, être amour
  • Connaître d’autres formes de plaisir et de jouissance
  • Stimuler le corps et l’esprit dans son ensemble
  • De connaître l’abandon, la dissolution de l’égo, découvrir l’empathie

Dans le BDSm, le Maître est la moitié d’un tout, la soumise est la moitié d’un tout. Lorsque ce tout est réuni et s’accorde, vibre au même diapason, une fusion du corps et l’esprit bonheur des partenaires peut créer un accès au Subspace réciproque et simultané. C’est le Paradis sur terre.

Le Maître et le Mestre Senseï

Le Mestre Senseï est à l’origine un Dominant qui a su maîtriser ses pulsions, réfléchir, évoluer, s’améliorer. Le BDSM est sujet aux passions humaines, à l’inconstance de l’être et le Dominant n’échappe pas à cela. Il doit donc travailler sur lui-même pour atteindre un état de conscience supérieur qui lui permettra d’acquérir la maitrise de soi, de ses sens, de ses émotions suffisantes pour devenir un Maître puis un Mestre Senseï. Le Mestre SENSEI est un Maître capable d’offrir le subspace à sa soumise sans douleurs.

C’est d’autant plus difficile que la société des valeurs poussant vers un individualisme qui conduit les Maîtres à avoir des égos démesurés. Si l’on ajoute à cela le fait que les soumises soient souvent égocentriques, narcissiques, l’épanouissement recherché dans les valeurs du BDSM ne peut pas être trouvé.

Les valeurs de base du BDSm, la sagesse, l’empathie, l’humilité, le don de soi doivent être présente chez les deux partenaires et non seulement chez la soumise. Le dominant ne peut donc devenir un Maître que s’il arrive à se débarrasser de son égo et à évoluer. Pour guider une soumise, la faire évoluer, il doit d’abord avoir fait le chemin qu’il va demander à la soumise.

Le Maître doit être en quête de perfection continuellement et capable d’enseigner et d’élever et de magnifier l’âme et le corps de la soumise et de lui offrir un univers BDSm qui la mènera au bonheur et au Subspace

La soumise va bénéficier de ses valeurs et pourra elle-même les transmettre.

BDSM, BDS, signification