Travail des seins - Précautions
Article mis en ligne le 31 mars 2017
dernière modification le 3 novembre 2017

par Mestre Ulysse

Les risques du bdsm sur le sein

Le travail des seins, la torture des seins est un classique en Bdsm.
Comme tout bon Maître, j’aime essayer sur moi les pratiques avant de les faire mais dans ce cas, je ne peux pas !

Il y a des risques supposés ou réel à ce genre d’activité. Le Maître doit en informer la soumise. Les connaître, c’est indispensable et cela permet d’éviter des problèmes futurs. Souvent les Maîtres maltraitent les soumises et aux premiers ennuis disparaissent… Il est donc aussi de la responsabilité de la soumise de connaître les risques pour refuser toute pratique préjudiciable à son esthétique, à sa santé.

Des femmes qui pratiquent les sports de contacts, ont un niveau de maladies de type tumeurs non cancéreuses dans des proportions très largement supérieures à la moyenne des femmes de leurs âges et un taux de tumeurs cancéreuses très significativement au-dessus des moyennes constatées pour les mêmes classes d’âges … Dans ces sports de contact, les coups reçus à la poitrine sont moins ou aussi importants que ceux reçus en Bdsm. Les coups peuvent faire éclater une tumeur non détectée et amplifier le mal.

Les coups sur les seins donnent lieu à des traumatismes qui peuvent créer des hématomes qui sont susceptibles de laisser des calcifications. Les calcifications peuvent empêcher un bon diagnostic de cancer du sein par mammographie en brouillant les images de radiographie.

Le sein

Le sein n’est protégé par aucun muscle, il reçoit en totalité le coup donné. Si on l’allonge avec force, il tombera et une poitrine de 20 /30 ans tombera comme si elle avait 80 ans ! Les coups, les pincements engendrent des traumatismes …
Il faut donc être prudent et bien maîtriser sa force et bien surveiller le sein.
On peut par exemple lors d’un bondage pincer régulièrement les tétons et observer les réactions : si la douleur disparait, il y a perte de sensibilité, il faut cesser l’activité.

Pour le bondage très serré il faut faire attention aux colorations violettes / noires.
Pour un bondage serré 10-15 min est la limite à ne pas dépasser. Il faut ensuite les masser après pour faire revenir la circulation.

Ne faites rien d’extrême pour éviter les déchirements internes…

Évaluation des pratiques :

Peu de risques :

  • Les claques sur les seins, la cravache, la canne, (attention aux tétons), risques de bleus importants.
  • Pinces sur les tétons, peu serrées, moins de 10 min
  • Le bondage des seins à condition qu’il soit dans les limites de temps et pas serré.
  • Le bondage esthétique qui ne comprime pas les seins est sans risques.

- Risqué

  • Aiguilles : une infection peut abîmer les canaux et empêcher d’allaiter ou pire.
  • Bondage serré du sein, avec « changement de couleur » :
  • Coups fort sur les seins
  • Suspension par les seins complète ou sur la pointe des pieds.

Je ne parle pas d’autres pratiques plus extrêmes et à éviter, car je ne pratique que du Bdsm soft.

N’oublions pas que c’est la soumise qui prend les risques et qu’elle va vivre ensuite toute sa vie avec les conséquences des actes posées par le Maître.
La majorité des Maîtres se défileront dès que la soumise “ne sera plus en état”…

La soumise doit se soucier de sa santé et stopper tout si le Maître est irresponsable et qu’il prend des risques, ce qui n’est pas facile à cause de l’ascendant du Maître sur la soumise. Les mots de sécurité sont là pour ça.