Du nouveau et de l’inattendu !!!
Article mis en ligne le 13 décembre 2018
dernière modification le 14 décembre 2018

par Mimi

Déjà 48 heures après ma super séance de 8 heures !

Je suis zen, encore sur mon nuage. Maitre m’avait dit juste ce matin-là. Il allait me calmer ! Je suis vraiment tranquille et sage comme une image. Un peu trop même ! Je ne pense même pas à quand je serai aux pieds de maitre à nouveau. Je n’ai même pas envie de me toucher. Je fais simplement savourer l’état de bien être dans lequel je suis.

Je parlais avec ma sœur de tout et de rien et en lui disant que je ne pense pas revoir maitre avant dimanche ou lundi prochain, selon ses disponibilités et désirs. Pendant ce temps, je reçois un message me demandant si je suis disponible pour demain soir… Ma réaction fut déjà !!! Oui maitre, il me fera plaisir d’être à vos pieds demain soir.

Tout en discutant, j’ai dit à maitre que j’avais fait certains rêves. Il m’a demandé pourquoi je ne les lui avais pas racontés et surtout si j’avais ‘peur’ de les dire… Non, tout simplement parce que je ne voulais pas que ça me fasse descendre de mon nuage. Une fois descendue, je les lui aurais racontés. Alors tant pis, il les connait maintenant ! Il faut bien que je redescendre pour mieux y retourner ! À la suite de ces confidences, j’ai également ordre de dormir avec le diamant et de ne pas le réchauffer avant de le mettre… Je ne m’en ennuyais pas. Je n’y pensais pas, j’étais juste trop bien. Dès que je l’ai mis en place, j’avais les hormones dans le tapis… Sans vraiment le demander j’ai eu droit de me toucher mais pas longtemps vu que je me préparais pour aller au dodo. Juste assez pour bien dormir !

Le jour même.

Vers 9h45 maitre me dit que j’aurai ses directives au moment du lunch. Je lui ai répondu que ça tombe bien, j’avais faim, que c’est l’heure de ma collation. Oui je me suis excusée pour l’avoir taquiné après échange de quelques textos… Je me suis fait dire que la soirée allait être plate parce que je venais d’esquiver une punition   ! (Nos séances sont superbes avec ou sans punition – en tout cas, de mon point de vue ! J’imagine que c’est réciproque, sinon on ne se verrait pas aussi souvent). J’ai décidé de jouer le jeu et de pousser maitre à trouver une raison pour me punir…

Voilà c’est fait ! Je lui ai répondu que maintenant que je suis punie, sa soirée ne sera pas plate ! Il m’a dit que c’était une joke la soirée plate (je m’en doutais bien). Je lui ai dit que je m’excusais de l’avoir pris au mot. Ma punition sera mon pardon.

J’ai vraiment hâte de vivre ce que j’ai à vivre ce soir. C’est la toute première fois que je pousse et fait des efforts afin d’avoir une punition… Je vais peut-être m’en souvenir longtemps et le regretter un peu ! Il faut bien mettre du piquant ! Je sens que je serai bien servie… et mes fesses risquent de piquer un peu elles aussi !

Voilà son heure de lunch arrivée… Mes instructions sont claires et étaient ce que je m’attendais. Mastodonte, mes pinces rouges, pas de sous-vêtements.

Je suis présentement dans ces moments où l’on trouve que le temps ne passe pas assez vite… Plus le temps passe, plus j’ai hâte ! Il ne reste que 4h56 d’attente… un délice à savourer lentement !

Tic tac tic tac… le temps passe, c’est long. Il ne reste que 1h05 avant mon départ ! Je suis prête, mais c’est trop tôt. Il ne reste qu’à m’habiller pour aller à ses pieds… humm ça sonne étrange je suis déjà nue sous ma robe de chambre… Correction… il ne me reste plus qu’à m’habiller pour mieux me déshabiller. (Définitivement mieux) Et je n’achalerai pas maitre avec ça… Il serait capable de m’infliger une autre punition…

Même si j’avais promis de le faire 40 min avant la rencontre, à 1h10 avant j’installe mon plug et mes pinces, sauf celles sur le clito. Je sais qu’il sera ravi. 50 min avant, j’installe la dernière pince sur mon clito tel que demandé.

Enfin !

Rendue au lieu convenu, soit chez lui, contrairement à son habitude, je n’ai pas eu d’inspection mais l’ordre de me déshabiller immédiatement. J’ai compris pourquoi ! L’inspection a eu lieu nue. Maitre a plus ou moins apprécié que je fasse attention à la perle sensible de mon entre-jambe le temps que je m’installe. Il m’a donné une petite poussée afin que j’aille plus vite… Il a testé si tout est bien en place et surtout que ça tient bien. Une fois satisfait, je me relève. Il met mon collier en me demandant si je sais ce que ça veut dire et si je suis prête à me soumettre (oui oui oui, il me manque ce collier, autant que j’ai soif d’être à ses pieds).

Attachée à son crochet mural, mains dans les airs, cul bien offert, je reçois ma fessée. Humm elle commence intense… (miam) Et ma punition… Maitre a fait une jupette sur mon popotin avec des pinces qu’il a toutes enlevées avec son flogger. Naturellement quand elles furent toutes tombées, j’ai eu encore plus d’intensité. Plusieurs coups qui m’ont remis à ma place ! Je crois que cette intensité du flogger et de la canne est une première… J’ai eu quelques picotements qui n’ont pas durés… Mais je sens que je vais restée marquée un peu…. Il va de soit que maitre s’est également amusé avec le mastodonte et ma chatte pendant quelques minutes. Le mastodonte lui étant resté dans les mains (soit parce qu’il est sorti accidentellement en jouant ou par exprès – je ne sais pas et ne veux pas savoir) il me détache du crochet et laisse mes mains attachées par la chaine de mes bracelets. Je suis déjà dans un état de bien être splendide. Il peut faire ce qu’il veut de moi, même pousser certaines limites, je ne rouspèterai même pas. Je suis là pour le servir, je suis prête à tout !

Il me fait mettre en doggy sur le canapé et inspecte mon trou, son élasticité et s’amuse avec… puis il me donne l’ordre de mettre ma tête sur le canapé et de lui ouvrir mon cul en écartant mes fesses avec mes mains. ‘Maitre, j’ai les mains attachées’. Il rectifie la situation et je m’exécute. Il s’amuse encore avec mon trou bien offert puis soudain, je sens un jouet. J’ignore lequel ! Après quelques cris de douleur, (même pas 5 secondes) je me fais dire voilà c’est fini, il est en place. J’ignore ce que j’ai dans le cul. Comme je disais, après 3 ou 4 secondes, je ne sentais plus rien ! Maitre s’amuse un peu puis enlève ma pince sur mon clitoris sans m’avertir… Citron que ça faisait mal… j’ai chialé pas mal plus longtemps pour cette pince que pour ce que j’ai dans le cul ! Il m’a caressée et bien soulagée. Une fois soulagée, il m’annonce que c’est le temps pour moi d’aller le sucer pendant qu’il fait un appel. Il s’installe et je m’exécute à genoux devant le canapé et je ne fais pas de bruit. Par de simples gestes, je comprenais les ordres qu’il me donnait. J’ignore combien de temps après avoir commencé, il me fait signe de venir m’étendre à ses côtés pour continuer. (Je crois qu’il a vu que mes genoux commençaient à fatiguer un peu) J’ai apprécié son geste. Par moments, je tenais l’anneau de mon collier car je jugeais que ça faisait trop de bruit. (Je crois bien qu’il a apprécié ce geste). Après un certain temps, il s’est vidé de sa semence dans ma face. Pour me montrer qu’il voulait que j’en aie partout il a frotté ma face sur sa queue. J’ai continué en en mettant partout jusqu’à ce que je vois qu’il soit satisfait puis j’ai continué mes lichades. Après un certain temps encore, il me tire les cheveux jusqu’à son torse pour que je le lèche et l’embrasse. Je m’exécute jusqu’à ce que je reçoive le ok de simplement relaxer. (Je n’ai pas relaxé si longtemps) Une heure à sucer, embrasser et caresser maitre avec cette nouveauté dans le cul qui n’est pas dérangeante du tout ! Je crois qu’il est comblé !
Bon la pause tendresse de queue est finie, je me lève et le suis. De retour à la case départ sans passer par go… Je suis devant le crochet mural à nouveau !

Ah misère, la barre qu’il me place sous les bras est froide. Il m’attache de façon que je ne puisse pas bouger ceux-ci d’aucune manière. Il va de soi qu’il a attaché la barre au crochet. Pas confortable mais tellement hot ! Il commence une petite fessée à mains nues et s’arrête très vite en disant qu’il manque quelque chose. La boule noire, enduite de miel est maintenant en place. Maitre satisfait, il recommence à jouer de plus belle avec son jouet humain. Je sens des grosses pinces écarter mon cul, une deux, trois et quatre… quelle humiliation  . Puis une autre jupette et une bonne fessée à main nue qui ne dure pas longtemps. Il part et revient. Il me pénètre de son gros gode noir. La jupette est tombée soit par ses fessées et/ou lors de la pénétration. Il s’est amusé à positionner ma tête comme il le voulait en me tenant par les cheveux comme si j’étais une catin. (En fait je le suis, je suis son jouet). Il termine le tout avec ses mains. Il me fait jouir et squirter en masse ! Il avait mis un pad à pipi par terre, mais il n’était pas assez grand.

Il me détache et me libère de la barre. Il me dit regarde ce que tu as fait. Tu penses que je suis content ? Non. En me disant ça, il était en train de me pencher la tête vers le sol. Je m’agenouille et le laisse me frotter dans mon dégat ! Il se penche et ramasse le pad à pipi… Oh boy que j’ai eu peur qu’il me le frotte partout dans ma face. Il ne l’a pas fait. Il est plutôt allé le porter à la poubelle en me disant de ne pas bouger.

Je croyais qu’il se lavait les mains… il m’a demandé de me lever et me tends la moppe afin que je terminer de ramasser mon dégât. Tel que demandé, je le suis à la salle de bain afin de me faire laver le mastodonte et mes mains.

Mon calvaire n’est pas fini à ma grande satisfaction ! Il me dirige vers la chaise et me demande de faire la position inversée. Je m’exécute, toujours la bouche pleine, je salive en masse. Bien attachée, je reçois une autre fessée sur la chaise. Ouff c’est plus sensible dans cette position mais tout aussi agréable. Certains endroits me surprennent plus que d’autres. Il enlève le jouet qu’il a mis plus tôt dans mon cul. Incapable de me tortiller ou de bouger, il a jugé que c’était la meilleure position pour l’enlever ! Encore une fois, douloureux quelques secondes. Je ne reste pas trop longtemps dans cette position difficile sur la chaise. Gentleman, il m’aide à me relever et me traine vers le canapé. Il enlève ma boule et me donne du papier de toilette pour que je puisse essuyer la bave que j’ai au visage. (D’ailleurs, j’ai laissé de la bave un peu partout où j’ai passé avec la boule !) Cette boule était pleine de bave, je n’ai pas détesté… Un peu plus de miel la prochaine fois ? Humm je ne sais pas, seul maitre peut décider, et jamais je n’oserai le lui demander.

Maitre m’ordonne de boire de l’eau et il m’apporte ma collation. Il m’a dit à deux reprises que je pouvais m’assoir. J’ai attendu qu’il soit assis pour agir. Quand il m’a dit pour la troisième fois, je lui ai dit que je savais, mais que je préférais qu’il s’assoie avant moi, que je ne mérite pas de m’assoir avant lui, même si j’ai sa permission. Il a aimé ma réaction. Bien collée sur mon maitre, nous avons mangé mon yogourt ensemble, comme à notre habitude.

Parenthèse

Je ne sais plus à quel moment il m’a dit que j’avais l’africain au cul. Chose certaine, ce n’était pas dès qu’il me l’a mis, ni durant la fellation. Je crois qu’il me l’a dit quand il me pénétrait avec son gros gode ! Je peux confirmer ceci : Pour l’africain qui me rend visite ou bien qu’il reparte, seul les douanes sont difficiles à passer. Le reste est une belle visite agréable, pas dérangeante. (Reste à savoir si c’est vrai une fois assise dessus – je changerai peut-être d’avis, mais je ne crois pas)

A mon départ, je lui ai dit que ce que je détestais de nos séances est mon départ ! Mais que je suis consciente que toute bonne chose a une fin.

Ps, je n’ose pas imaginer une sortie en donjon avec maitre… ça serait vraiment torride ! Irons-nous un soir dans ces lieux mystères, je ne sais pas. Lui seul décide de tout ce qui est bien pour moi…