Les différent types de Domination
Article mis en ligne le 25 mars 2018
dernière modification le 3 août 2021

par Mestre Ulysse

En Domination, il y a des écoles de pensées, des modèles que suivent, parfois sans le savoir, les Dominants, influencés par leurs lectures, leurs goûts, les milieux BDSM   qu’ils fréquentent.

Au Québec, beaucoup de Dominants pratiquent la Domination anglo-saxonne ce qui ne correspond pas aux demandes des soumises qui préfèrent la Domination Latine.

Il est t important de choisir son Dominant selon ses goûts, car en fonction du type de Domination, les pratiques et les finalités sont différentes. Pour un Maître qui pratique la Domination anglo-saxonne, une soumise fait des progrès quand elle supporte mieux la douleur alors que pour un Maître en Domination latine, il jugera de ses progrès sur son dévouement, sur son évolution, sur la quête de perfection aussi bien au niveau du mental, de la discipline, de la sexualité… En Domination anglo-saxonne, un Maître est un Dominant qui a une esclave alors qu’en Domination latine, être Maître est un concept totalement différent, le Maître guide, enseigne, protège épanoui en plus des activités de Domination.

Par exemple une soumise qui recherche un BDSM équilibré entre le physique, le psychologique, le sexe avec un but d’épanouissement trouvera son bonheur avec la Domination Latine. Pour un BDSM physique axé sur la douleur et le SM elle choisira la Domination anglo-saxonne. Il existe aussi du BDSM cérébral voire mystique avec la Domination Gothique ou un BDSM Oriental plus orienté vers l’esthétisme avec des pratiques comme le shibari par exemple. Et certains pratiquent un mélange de tout cela…

Un Maître digne de ce nom doit avoir une base latine et être capable de faire découvrir à sa soumise des aspects des autres types de Domination. Cela permet des relations Maître/soumise avec un lien fort.

Cette liste de type de soumission est difficile à faire, car cela fluctue au fil des modes...
Sans cesse de nouvelles mouvances se créent et d’autres disparaissent.

 Les types de Domination les plus pratiqués

  • La Domination latine : Le BDSM se pratique en Europe depuis la nuit des temps et a évolué pour devenir une discipline complète et ouverte. La domination latine est un mélange équilibré entre la domination cérébrale, physique, protocolaire et sexuelle. Le Dominant va faire évoluer la soumise dans plusieurs domaines par une éducation, des apprentissages. Il la fait évoluer, se dépasser et attend de sa soumise dévouement et don de soi. C’est un type de Domination qui permet un véritable Art de vie BDSM en 24/7 aussi plaisant pour une soumise ou une esclave par vocation que pour le Maître.
  • Le BDSM Positif : C’est une évolution, une modernisation du BDSM latin qui tient compte des valeurs et connaissances humaines actuelles, du CSS  , de la psychologie, des neurosciences...
  • La Domination anglo-saxonne : La domination anglo-saxonne, fortement influencée par les pratiques américaines est basée sur des pratiques très physique et sexuelle. Elle s’adresse aux soumises masochistes qui aiment la douleur et le sexe en mélange. Le Dominant cherchera à rendre plus tolérante sa soumise à la douleur pour qu’elle satisfasse son côté sadique. On peut y trouver un côté goréen sous certains aspects.

Beaucoup de soumises ignorent les nuances entre les philosophies BDSM, ce sont lancés avec des Dominants qui pratiquent la Domination anglo-saxonne. Elles ne supportaient pas le fait d’aller de plus en plus loin dans la douleur, mais croyaient que c’était obligatoire en soumission… elles allaient aux séances la peur au ventre et vivaient des douleurs insupportables… et ont abandonné. Si vous n’êtes pas une véritable maso, la domination latine est faite pour vous. Par sa diversité de pratiques, elle satisfait aussi bien les masos que les non-masos.

 Les anarchistes de la « Domination »

Même si dans les faits ils appartiennent par leurs pratiques à une ou plusieurs de ces catégories au nom de leur liberté individuelle, ils refusent toute étiquette. Ils prêchent pour une liberté totale. Ils sont souvent adeptes de Sade qui refusait toute limite et RACK « risk aware consensual kink » (les adeptes sont conscients des risques liés au jeu et y consentent ce qui peut entraîner des dérapages dangereux et parfois mortels).

 Autres écoles de Domination

  • La Domination physique ou SM : La domination physique est de nature purement SM. La domination physique inclut tous les jeux de restriction et les jeux de douleur sans sexe.
  • La Domination sexuelle : La domination sexuelle offre au Dominant le contrôle de la sexualité de la soumise. Il peut y avoir tous types de pratiques sexuelles dont la sexualité forcée, la chasteté forcée et tous jeux d’humiliation   sexuelle.
  • La Domination cérébrale : La domination cérébrale est une domination psychologique. Le Dominant contrôle l’état psychologique de la soumise autant à distance qu’en réel en pratiquant des jeux DS.
  • Domination protocolaire : La domination protocolaire régie la vie de la soumise par des règles strictes établies par le Dominant. Le Dominant contrôle les faits et gestes du soumis et les gère avec un système de récompenses et punitions.
  • Domination Germanicus : Voici ce que j’ai trouvé sur le sujet : La domination Germanicus est très cérébrale et est axée sur des scénarios BDSM poussés à l’extrême. La soumise pourra vivre ses fantasmes sans retenue et en toute sécurité (par exemple, fantasme de kidnapping, de viol, d’esclavage  ). Tout est encadré, contrôlé et calculé afin qu’il n’y ait pas de bavure les fantasmes sont vécus de manière extrêmement réels et contrôlés dans le moindre détail, ce qui confère à 1’expérience une illusion de la réalité.
  • Domination Goréenne : La domination Goréenne est basée sur l’univers des romans de John Norman. Il a imaginé une planète appelée Gor. ou les relations homme femme sont des relations Maître/esclaves très codifiées.
  • La Domination financière : UN étrange type de Domination ou la personne soumise donne accès à ses ressources financières au Dominant qui en fait ce qu’il en veut !.

.