Ma soumission, mes désirs, mes envies...
Article mis en ligne le 20 novembre 2019
dernière modification le 21 novembre 2019

par Mimi

J’en suis à un stade où je n’ai pas le choix de réviser entièrement ma liste de désirs et envies. Pas pas égocentrisme ou expériences vécues d’anciennes relations. Je pourrais dire que c’est simplement parce que j’évolue, je veux découvrir plus, mais non, ce n’est pas la raison principale. Je me dois de le faire tout simplement parce que mon corps me l’exige, m’y oblige (ça l’air que je suis soumise à lui aussi ! Lol). J’ai de nouvelles limitations, un nouveau seuil d’endurance et de capacité. Certes, ça me fait mal parce que je dois mettre une croix sur certaines fantasmes (fantaisies), certaines découvertes et ou pratiques que j’aime ou que j’aurais aimé découvrir. Ce n’est pas facile de simplement dire ok je mets un terme à ceci ou celà parce que je ne peux plus... je dois carrément en faire un deuil. Ceci affecte aussi grandement ma vie quotidienne vanille.

Plusieurs de mes désirs doivent présentement aller dans ma liste noire, ou dans un je suis prête à essayer mais je ne peux rien garantir d’une fois à l’autre quand j’essaie. J’ai l’impression que tout est limité ou presque. Je sens que tout est frêné : fréquence, jeux et je dirais même que ça peut affecter le choix d’un Maitre. J’ai l’impression que je ne peux imposer cette condition physique à personne, encore moins à quelqu’un qui le vit en 24/7. Dynamique que j’aimerais bien découvrir un jour. Dois-je y mettre une croix à ma soumission ? C’est une de mes profondes interrogations en ce moment.

Je me sens mal de dire ‘hey je veux découvrir ceci ou cela, la soumission en 24/7, c’est quoi le feeling mais bon, vous adorez pratiquer ceci et cela, mais je ne peux pas, j’en suis incapable physiquement... ah oui et ma condition me limite dans ceci et cela aussi’.... ou bien encore : ‘ah ça je peux mais pas plus de deux trois minutes à la fois, c’est mon max d’endurance pour le moment. Ça peut s’améliorer ou se dégrader, je ne peux savoir’. J’ai vraiment l’impression d’être un turn off pour bien des Maitres digne de ce nom ! (je sais je l’ai vécu de ma blessure)

Jouer avec des play partners, peut être une bonne solution, mais ce n’est pas dans ce que je recherche ni ce que je veux vivre. Je ne cherche pas à collectionner et encore moins jouer pour jouer. J’ai le droit d’avoir un Maitre de qualité. Je veux évoluer et grandir selon mes capacités et je veux être bien guidée par mon Maitre selon ses désirs car je sais qu’il respectera les miens et surtout mes limites.

Je veux me soumettre en toute confiance et pas à n’importe quel prix !

Alors, je me suis arrêté sérieusement à découvrir les désirs et besoins du nouveau moi.
En m’arrêtant et en revisitant mes désirs, mes envies et mes besoins, je me rends compte que ma liste que je connaissais par cœur, je ne la reconnais plus. Cette liste a énormément changé depuis ma blessure. Je me rends compte que cette dernière m’empêche de bien des choses, c’est une évidence flagrante. Je ne voyais jamais qu’elle m’apporterais l’ouverture de bien des choses. Cette blessure m’ouvre grand la porte sur le désir d’explorer, d’essayer, de découvrir beaucoup de choses auxquelles j’étais réticente et qui étaient un non catégorique non négociable.
Là me vient une autre question : est-ce vraiment du à ma blessure où tout simplement à mon ouverture d’esprit depuis deux ans que j’ai fait mes débuts dans ce monde ? Est-ce parce que je suis simplement moins coincée à vouloir explorer des terres inconnues et vivre de nouvelles découvertes et sensations ?

Avec quelques échanges et discussions, je comprend que plusieurs de mes interrogations que j’ai n’ont tout simplement pas lieu d’être POINT final. Mais je ne l’asismile pas. Avec une bonne communication ouverte et continue, franche et loyale, les possibilités de nouvelles découvertes sont infinies. Que certaines pratiques dont je croyais devoir mettre un terme complet n’a pas raison d’être, tout peux se faire différemment.

Alors je révise à nouveau cette liste avec une autre manière de la voir. Je laisse tomber mes incertitudes et j’essaie d’imaginer s’il peut y avoir des possibilités diverses. Je la visionne comme si j’étais un chantier de construction : soit avec plein de détours pour en arriver au point que c’est faisable mais différemment. Il y a encore tellement de choses que je ne connais pas l’existence, ni certaines méthodes de pratique. En me faisant dire que tout peut s’adapter, mais surtout et j’insiste sur le mot surtout, que le respect de cette limite physique est, sera et restera primordial en tout temps. Que l’adaptation est possible et les possibilités infinies (même si j’ai de la misère à la croire encore).
J’ai beau comparer cette nouvelle liste à ma première... elles sont toutes très différentes. Je commence à réaliser que mes envies changent selon mon évolution et pas juste à cause des capacités de mes nouvelles limites physiques. Faut dire aussi que depuis mes débuts je ne me suis jamais assise pour réfléchir si ma liste avait besoin d’être revisitée... Diantre que oui. Je ne peux pas mettre le doigt sur le pourquoi ceci m’intéresse (blessure ou évolution) mais mon ouverture d’esprit est beaucoup plus grande qu’avant.

Oui j’avoue comme j’ai dit, plusieurs pratiques sont rendues impossible... j’en fais un deuil tranquillement. Cependant, je peux me contenter de regarder, de lire, et d’envier ce que je ne pourrai découvrir et/ou faire de nouveau, ça pourrait me combler. Mais l’ouverture d’esprit, les nouvelles découvertes dont je suis prête à vouloir explorer ne sont qu’une mine d’or à coté du deuil. Autrement dit, j’ai plus à gagner qu’à perdre. (je parle surtout d’émotions, de sensations et d’expérience etc)

Oui je l’avoue, j’ai été énormément affectée. Je remonte la pente et vois le bon côté de la médaille sachant que ma blessure est permanente. Cette introspection est et était plus que nécessaire. Oui je suis passée par une gamme d’émotions en revisitant ma liste la première fois. J’en pleurais par moment, j’étais possiblement aveuglée par les craintes que j’avais et les barrières que je me suis mise.

J’avais dans ce texte mis des exemples concrets et de comment je me sentais vis à vis ces changements forcés. Je les ai enlevés car c’est très personnel et différent d’une personne à l’autre. Je ne dois rien à personne vu que ce texte est publique. D’expliquer et de décrire à quel point ce que je ne peux plus faire me déchire le cœur. De vous faire lire à quel point mes tripes ont mal en dedans à cause de certaines choses en particulier ne regarde que moi. A quelle vitesse je gère ces changements obligés ? Pour quelle ou quelle raision j’ai fais ces choix etc... j’ai effacé près d’une page de texte car c’est juste trop personnel.

Comment je vis ces petits et grands deuils... décrire le mal intérieur, les déceptions de dire que ceci ou cela je ne le referai plus (ou ne pourrai jamais le découvrir) malgré que j’adore cela, j’ai réalisé que tout ce qui a été effacé doit rester uniquement pour moi et mon Maitre, que je n’ai pas à partager cela, même si on m’y oblige (c’est hors limite). Je ne cherche pas à faire pitié, bien au contraire, je ne fais que partager la nécessité de réviser ma liste. Car avec accident ou pas, un moment donné, cette liste est désuète.

Je suis étonnée et même heureuse de voir les changements apportés malgré ce que j’ai mis dans ma liste noire. Je suis étonnée de l’ouverture d’esprit que j’y ai découvert. Cette semaine, je vais la réviser avec un nouvel oeil pour être certaine que je n’ai rien manqué, sur ou sous-estimé. Cette liste sera béton.. mais pour un certain temps, car je sais que je vais évoluer encore et encore !