Le retour actif et ce avec un vrai Dom !
Article mis en ligne le 24 octobre 2018

par Mimi

J’ai des papillons dans le ventre ! Depuis que je parle sérieusement avec Monsieur, j’ai souvent ordre de dormir avec un plug et je l’enlève le matin en me levant (je ne sais pas qui lui a mis l’idée dans la tête – je plaide coupable ! Lol).
À l’aube de notre première séance, j’ai fait part des rêves érotiques que j’ai fait cette nuit… Misère, j’ai eu ordre de garder le plug. Je peux l’enlever uniquement pour aller me vider, (le laver et le remettre sur le champ). Pas de pause, pas de répit.

A 1h10 de la rencontre, je sais que je dois aller me vider bientôt, je sens que ça travaille. Je demande à Monsieur si je peux en profiter pour me laver le cul ou si je dois le remettre. Il veut un cul propre… Une heure avant la rencontre, je dois mettre mes pinces à seins. Vu que nous sommes à 1h07 de cette rencontre je vais les mettre immédiatement, aller me vider / laver puis me remplir le cul à nouveau.

13h22, me suis vidée, lavée et remplit le cul avec mes pinces puis j’ai même sauté dans un bain chaud ‘habillée’ ainsi. Toute propre, toute sèche (sauf à un endroit en particulier), je mets la robe qu’il a choisit pour moi. Aucun sous-vêtement n’est toléré aujourd’hui ! Il ne me reste que le maquillage ! Je partirai bientôt pour le point de rencontre décidé par Monsieur.

1h29, j’ai de plus en plus de papillons dans mon ventre ! Ça fait déjà 15h30 que j’ai un plug au cul. J’ai fait tout plein de choses sur mon terrain dehors le cul plein, mais j’ai surtout hâte de vivre ce que Monsieur me réserve !

Avant de cogner à la porte, je décide de détacher mon manteau et ma robe à boutons pour lui faire une petite surprise. Monsieur a apprécié que je fasse cela pour lui, il me l’a dit.

Une fois nue, il m’a demandé de le sucer… Ce que j’ai fait pendant une bonne heure à différents rythmes et intensités. Nous étions bien collés un sur l’autre pour un petit moment de répit. Puis il a diné. Je n’ai pas osé lui dire que je pouvais servir de table pendant qu’il mangeait, car il m’avait déjà donné l’ordre d’être à ses côtés et de lui caresser le dos. Pour son café, il a exigé que je devienne un meuble. J’ai eu des fessées, des doigts qui me pénétraient la chatte et/ou qui chatouillaient mon clito.

Je n’avais pas encore mon collier et mes bracelets. Monsieur a rectifié le tout puis il m’a bien attachée les mains dans les airs, ma face vis-à-vis la porte à laquelle il m’a attaché. Une bonne petite fessée !
Il a commencé à jouer avec ma chatte et mon plug puis un certain moment, il m’a dit attention je l’enlève… Je n’ai pas bronché, je suis habituée à ce plug, il est devenu mon ami intime depuis quelque temps ! Il était ravi de dire qu’il pouvait entrer deux doigts facilement, que ça coulissait bien ! Puis il me laisse planté là en me disant de ne pas bouger… (bon où voulez-vous que j’aille je suis attachée ! – c’est ce qui m’est venu à l’esprit). Il est allé chercher son crochet, l’a mis et attaché et continue la fessée… il s’arrête à nouveau et va chercher sa boule rouge et y met un peu de miel, ça fait saliver encore plus… (encore coupable de lui avoir dit ça, je l’ai lu – et c’est vrai !!!). Une fois bien en place et attachée serrée, il recommence la fessée mais surprise, les coups me surprennent tellement ils sont forts. Certains ont pincé un peu mais la plupart ne faisaient que me surprendre à chaque coup.

C’est maintenant l’heure de pénétrer ma chatte – surprise encore, il le fait avec son gros gode. Toujours mains dans les airs face contre porte, dos cambré, cul bien offert. Changement de position et de place, je me retrouve en doggy, puis la face sur le matelas, le cul bien haut.

Monsieur enlève mes pinces, pas trop douloureux. Je me suis habituée à l’effet de celles-ci quand on les enlève (en tournant les vis dans le bon sens bien évidemment). Je me retrouve sur le dos. Il me pénètre encore avec son gode et il sort des jouets d’un sac. Des de pompes à seins à succion. Elles sont dans un emballage, et cet emballage, ne semble jamais avoir été ouvert. Il me les installe. Puis il reprend le sac en me disant, regarde ce que ta sœur m’a laissé pour toi et sort un magic wand noir. (La vilaine coquine, elle me remet le coup pour mon gag en pénis de la semaine dernière… pas grave). Je suis de nature très expressive, et pour cette séance, je me retenais pour ne pas faire de bruit. Misère, ce ‘magicien’ m’a eue en moins de 10 secondes. J’ai éjaculé comme jamais je ne l’ai fait auparavant. Je sentais l’inondation sur mes cuisses. Quel orgasme. Inutile de dire que j’ai fait énormément mais vraiment énormément de bruit. J’ai été incapable de faire autrement. Moi qui étais si fière de ne pas avoir été bruyante ! Bravo magicien, tu m’as fait monter d’un cran ma tonalité la plus forte !

Puis pause tendresse et caresses (et naturellement longue fellation) puis au repos. Monsieur s’amuse encore avec mon corps, pour finir bien au chaud dans ses bras avec des câlins, baisers et douces caresses.
Nous avons fini en cuillère, moi bien au chaud dans ses bras protecteurs.
Étant conscient de l’heure, (18h10) il me dit que je dois quitter, mais il ne bouge pas et ne défait pas son étreinte tellement nous étions bien. Nous avons jasé et ri pas mal. 18h45, l’incontournable arrive, nous nous levons, il m’enlève le crochet, mes bracelets et mon collier… Puis me remplit le cul avec mon plug que je dois enlever juste avant de manger. Je dois cuisiner avec mais pas manger avec… puis le remettre pour la nuit dès que je me couche.

L’heure du câlin, je m’habille et quitte notre lieu de rencontre à 19h00.

Je flotte sur un nuage. Ça ne m’était pas arrivé depuis plusieurs lunes avec beaucoup de ‘s’.

Merci Monsieur !
Vous êtes maitre de vous et êtes un vrai Dom !

*Certes j’ai oublié l’ordre des choses et j’ai surement oublié des choses… ah oui comme le port de ma pince à clitoris que j’ai oublié de mentionner (ça vient tout juste de me revenir comme un flash) Cette dernière est tombée quand j’ai fait la table et il y a surement d’autres trucs que j’ai oublié, mais je suis vraiment sur un beau grand nuage. Ça fait plusieurssss moisssss (oui au très gros pluriel) que je n’ai pas ressenti ça !